Association Femmes pour la Promotion du Leadership Moral

08 décembre 2017

Relance du programme d'alphabétisation de FEPLEM

IMG_7930

IMG_7936

IMG_7937

IMG_7946

IMG_7938

Posté par feplem à 09:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]


06 décembre 2017

ATELIER DE LANCEMENT DU PROJET D’APPUI A LA PRODUCTION DU MANIOC ET DES ŒUFS AU PROFIT DES FEMMES REFUGIEES

Le mardi 5 décembre 2017, s’est tenu dans la salle de conférence de la Mairie de Mandjou l’atelier de lancement du « Projet d’appui à la production du manioc et des œufs au profit des femmes réfugiées de la République Centrafricaine résidant à l’Est du Cameroun». L’atelier était présidé par le Sous-Préfet de l’arrondissement de Mandjou qu’accompagnait une forte délégation composée du commissaire du 4e arrondissement et de son adjoint, du commissaire du Commissariat spécial de la ville de Bertoua, du chef du Sous bureau ONU Femmes de l’Est et de l’Adamaoua, du Délégué Départemental du Ministère de la Promotion de la Femmes et de la Famille du Lom et Djerem, du représentant de Délégué Départemental du Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural, du 1er Adjoint au Maire de la Commune de Mandjou.

On comptait parmi les participants la Présidente et la Présidente d’honneur de FEPLEM, plusieurs représentants des organisations de la société civile parmi lesquelles FODER, HEPROGES, ASAD, WANET, WILPF Cameroon, Youth for peace, RESPECT, APCRE, CI2D et Women’s Peace Initiatives ainsi qu’une douzaine de bénéficiaires représentant les 6 groupes sélectionnés, et bien entendu quelques membres de FEPLEM.

Dès l’arrivée et l’installation de Monsieur le Sous-Préfet, l’atelier a été ouvert par l’exécution de l’Hymne national du Cameroun, suivi du mot de bienvenue de la Présidente de FEPLEM qui a présenté son organisation, ses réalisations et le contexte du projet et de l’atelier.   Ce projet est exécuté avec l’appui de l’Union Africaine dans le cadre de la Décennie de la Femme Africaine. Pour clore son allocution, elle a introduit la présidente d’honneur de FEPLEM qui a dit sa joie de pouvoir participer à cette atelier organisé par l’association qu’elle a vu naitre il y a de cela 13 ans. Elle a souhaité que les bénéficiaires fassent bon usage des appuis qu’ils recevront.

Le Délégué départemental du MINPROFF a dans son allocution salué la collaboration entre la société civile et plus spécifiquement FEPLEM avec qui ses services interagissent depuis quelques années. Il a dit espérer que cet atelier ne viendra pas s’ajouter aux autres qui parfois ne sont pas suivis de réalisations concrètes mais que la qualité des appuis prouve que les bénéficiaires n’ont pas été choisi au hasard et conduiront jusqu’à leur bout les activités pour lesquelles elles le reçoivent.

Le chef du Sous bureau ONU Femmes de l’Est et de l’Adamaoua a dans son allocution signifié le fait que l’organisation d’un atelier de ce niveau ne vient que récompenser le sérieux et le dynamisme de FEPLEM que l’organisation qu’il représente a appuyé de 2015 à 2016 pour l’exécution du projet au bénéfice des réfugiés et populations hôtes du Lom Djerem.

Monsieur le Sous-préfet de l’arrondissement de Mandjou dans son discours d’ouverture a reconnu du travail fait par FEPLEM et la société civile dans son ensemble comme étant un accompagnement au gouvernement qui malheureusement ne dispose pas toujours de financement pour ce genre d’initiative. Il a salué l’initiative qui se situe dans un contexte du vivre ensemble dans la sérénité et cohabitation pacifique entre les femmes Camerounaise et Centrafricaines ; une contribution à la dynamique économique et l’amélioration des conditions de vies de ces femmes en détresse qui séjournent dans la région à cause des crises à répétition dans leur pays d’origine Il a félicité les groupes bénéficiaires de ces appui et les a encouragé à en faire bon usage.

Après la photo de famille et la pause-café, l’atelier s’est poursuivi par la présentation des participants  suivi d’un exposé présentant le projet et son niveau d’exécution par le coordonnateur du projet. Il a pour objectif global l’amélioration de la capacité  de production de  manioc et   volaille villageoise(protéines animales) des cibles/bénéficiaires (femmes et jeunes filles) en vue d’améliorer  les régimes alimentaires et revenus  des populations de deux départements cible de la région de l’Est à savoir  le Lom et Djerem et la Kadey) plus spécifiquement, il vise à :

-          Renforcer les capacités organisationnelles et structurelles des femmes  pour leur plus grande implication dans la vie communautaire;

-          Renforcer les capacités productives en manioc et en élevage de la volaille villageoises de six groupes de femmes issues des 2 départements sur les techniques et technologies de production;

-          Doter chaque groupe de femmes d’un minimum de matériel de production approprié ;

Il s’inscrit dans le cadre de la Décennie de la Femme Africaine qui est un mécanisme pour accélérer la mise en œuvre et la réalisation des objectifs énoncés dans les différents protocoles, déclarations et conventions que l’Union Africaine a adoptés.

La Décennie de la femme africaine a été lancée à Nairobi, au Kenya, en octobre 2010, elle fournit la possibilité d’intégrer et de renforcer les liens créés dans le cadre des activités pour les droits humains de la femme, en intégrant dans un programme unique les droits sociaux, politiques, économiques et culturels de la femme.

C’est une période au cours de laquelle la Commission de l’Union Africaine s’est engagée à financer des projets des gouvernements, ONGs et OSCs africains sur les 10 thèmes suivants :

1. Lutter contre la pauvreté et promouvoir l’autonomisation économique des femmes et leurs activités entrepreneuriales

2. Agriculture et sécurité alimentaire

3. Santé, mortalité maternelle et VIH/SIDA

4. Éducation, science et technologie

5. Environnement et changement climatique

6. Paix et sécurité et violences à l’encontre des femmes

7. Gouvernance et protection juridique

8. Finance et genre

9. Les femmes aux postes décisionnels

10. Mouvement des jeunes femmes

L’Union Africaine invite les gouvernements organisations et associations œuvrant dans ce sens à postuler pour les trois (03) derniers thèmes.

FEPLEM a en 2012 soumissionné avec un projet sur le thème « Agriculture et sécurité alimentaire  » qui a été accepté mais ce n’est qu’en juillet 2017 que  les fonds pour son exécution ont été débloqués ;  un moment où FEPLEM avait presque perdu espoir et où les estimations budgétaires étaient grandement dépassées.

Depuis lors la présidente a réuni son staff pour le lancement effectif du projet à travers une série de réunions préparatoires qui ont abouti

  • au recrutement d’un coordinateur et des relais communautaires,
  • à l’élaboration d’un plan d’action
  • et à la production des documents de travail (chronogramme d’activités, convention de partenariat, fiche d’identification des bénéficiaires, fiche de présence, fiche de décharges etc.).

Ces réunions ont été suivies par des descentes dans les communautés pour l’identification des groupes de bénéficiaires à qui les appuis ont été. Il est à noter que certains des bénéficiaires de Nandoungue, Mandjou et de Bertoua sont des personnes avec lesquelles FEPLEM interagit depuis 2015. Ce projet a aussi été mis à profit pour étendre la zone d’intervention de FEPLEM au département de  la Kadey.

Le deuxième exposé a été fait par la représentante du Délégué départemental MINADER dans laquelle elle a fait une présentation de l’itinéraire technique de la culture du manioc. Notamment sur la préparation de terrain, les types de labours, d’espacement, la longueur des boutures, profondeur, inclinaison, comment enrichir le sol, comment booster le rendement, les variétés de récoltes.

Après la pause déjeuner, le Coordinateur du projet a de façon succincte présenté l’itinéraire technique de l’élevage de volaille villageoise et mentionné le fait qu’en fonction des risques lié au vol dans certaines communautés, certaines bénéficiaires ont décidé d’élever des poulets de chair. Il a insisté sur le fait que les présentations faites au cours de cet atelier ne sont qu’introductive et seront suivies par plusieurs autres dans leurs localités de résidence des bénéficiaires qui cette fois seront menées sur le terrain.

Cette présentation a été suivie par une autre faite par la Présidente de FEPLEM sur le fonctionnement d’un groupe. Elle a en impliquant les bénéficiaires défini un groupe; qui est un ensemble de personnes qui s’unissent pour faire quelque chose. Il a pour caractéristiques, la transparence, des ambitions mesurées et facilement réalisable, des activités concrètes via des petites choses qui renforcent les liens de camaraderie et de solidarité entre les membres, la mesure de la force du groupe et le partage d’expériences.

Toutes ces présentations ont éveillé la curiosité des uns et des autres qui ont posé plusieurs questions auxquelles le Coordinateur du projet et la Présidente de FEPLEM ont apporté des réponses parfois enrichies par les avis des experts présents dans la salle.

La remise du matériel de production (porte charge, brouette, machettes, daba, poulets) aux bénéficiaires a été la dernière articulation de cet atelier. Monsieur le Sous-Préfet de l’arrondissement de Mandjou dans son allocution de clôture a rendu un hommage à la Présidente d’honneur de FEPLEM qui a non seulement accompagné le groupe et qui malgré la distance n’a pas hésité à prendre la route pour soutenir l’initiative qu’elle a vu naitre. Il a une fois de plus exhorté les bénéficiaires à être sérieux dans son exécution ce qui a coup sur suscitera d’autres appui sur ce il a déclaré « lancé » le projet d’appui à la production du manioc et des œufs au profit des femmes refugiées de la république centrafricaine résidant à l’Est du Cameroun et a clôturé l’atelier.

DSC00859

DSC00779

Image1

DSC00794

DSC00837

DSC00884

DSC00777

DSC00845

DSC00851

DSC00853

DSC00849

Posté par feplem à 10:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

RAPPORT DE LA SENSIBILISATION DES FEMMES REFUGIEES ET AUTOCHTONES SUR LA VIOLENCE, LES VBG ET LEUR IMPACT SUR LE BIEN-ETRE DE LA

Le mercredi 29 novembre 2017, à l’initiative des associations Femmes pour la Promotion du Leadership Moral – FEPLEM et Hommes Engagés pour la Promotion du Genre et Egalité entre Sexes – HEPROGES s’est tenu au Centre de Promotion de l’Entrepreneuriat Féminin – CEPREF de Mandjou (en chantier) une sensibilisation des femmes réfugiées et autochtones sur la violence, les VBG et leur impact sur le bien-être de la femme en particulier et de la société en général.

Y ont pris part plus d’une vingtaine de femmes réfugiées et autochtones qui sous la conduite de M. NDONGO KITIO Michel Consultant en genre et développement ont échangé sur ce qu’est une violence, quand est ce qu’elle est considérée comme une violence basée sur le genre, quelle est la différence entre une violence basée sur le genre et une violence faite aux femmes. Quelles en sont les causes, leurs manifestations et comment y rémédier.

Les échanges nourris ont permis aux participants de réfléchir aux causes de ces pratiques et toutes se sont accordées sur le fait qu’elles sont intimement associées à la culture et aux traditions. Leurs conséquences ont aussi été énumérées parmi lesquelles les traumatismes pour les violences physiques et sexuelles; le stress, le repli sur soi et la perte de confiance en ses capacités pour les violences psychologiques ; les mariages et les grossesses précoces pour  le déni de ressources et d’opportunités pour ne citer que quelques-unes.

L’éducation a été identifiée par tous comme le moyen le plus efficace pour y faire face même comme certaines ont signalées que leur lien avec la culture et les traditions font qu’il faille agir avec beaucoup de tact et sagesse. Elles ont signalé l’importance d’éduquer la jeune fille et de ne pas perpétuer les séparations de taches qui subtilement préparent les enfants aux pratiques promouvant les VBG.A cette éducation il faudra bien entendu ajouter une multitude d’autres activités d’information et de sensibilisation des hommes et des femmes sur le danger que représente ces pratiques pour le bien-être de la société.

Mme NGUIMATSA Rose Claudette a dans son mot de clôture remercié tous les participants d’avoir sacrifié de leur temps pour se joindre à FEPLEM et HEPROGES dans cet échange apparemment anodin mais qui cumulé aux autres initiatives dans la localité à l’occasion des 16 jours d’activismes contre les violences faites aux femmes va lentement mais surement modifier les pratiques millénaires qui marginalisent les femmes et les filles aggravant du même fait leur vulnérabilité.

D’après elle, ce centre le CEPREF en cours de construction aura des programmes qui encourageront le changement chez les femmes en particulier et la société en général pour qu’elles puissent surmonter les obstacles que des pratiques ancestrales mettent en travers du développement. Il donnera aux femmes l’occasion de réfléchir à la nature de leur relation avec autrui et avec leurs institutions sociales ainsi qu’aux préjugés bien enracinés du patriarcat.

La rencontre s’est achevée par le rappel du calendrier des activités de FEPLEM et HEPROGES et une partie sociale.

Image2

IMG_20171129_162649

IMG_20171129_163009

IMG_20171129_164203

IMG_20171129_171706

IMG_20171129_164113

IMG_20171129_171451

Posté par feplem à 17:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 septembre 2016

Travaux de construction du Centre de Promotion de l'Entrepreneuriat Feminin de Mandjou/Bertoua

Faisant suite à l'exécution du projet de prise en charge holistique des femmes et filles réfugiées et des communautés hôtes victimes/survivantes de VBG dans les régions de l'Est et de l'Adamaoua avec l'appui de ONU Femmes, et compte tenu des multiples défis auxquels nous bénéficiaires en particulier et les femmes/filles en générale sont confrontées dans leur vie au quotidien, FEPLEM a décidé de la création d'un Centre de Promotion de l'Entrepreneuriat Féminin.

Ce Centre sera localisé à Mandjou et consistera en des salles pour l'alphabétisation fonctionnelle, pour l'initiation à des petits métiers (couture, coiffure, teinture, transformation alimentaire etc) et d'initiation à l'informatique. 

Les travaux pour sa mise en place débutés en juin 2015 se développerons en fonction des disponibilités financières de FEPLEM..

IMG_5923

IMG_5915

IMG_5911

IMG_5913

Posté par feplem à 11:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]


16 juin 2016

IMG_0940

IMG_0910

IMG_0905

IMG_0013

IMG_0118

Posté par feplem à 11:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 juin 2016

ATELIER D’INITIATION A LA FABRICATION DU YAOURT

A l’initiative de l’Association Enfants, Jeunes et Avenir – ASSEJA et en partenariat avec l’Association Femmes pour la Promotion du Leadership Moral – FEPLEM, il a été organisé à Mandjou (Bertoua III) le 25 juillet 2013 dans la région de l’Est du Cameroun un atelier d’initiation à la fabrication du yaourt.

Cet atelier facilité par Mme Nguimatsa Rose Claudette – Secrétaire générale de FEPLEM avait pour bénéficiaires près d’une trentaine de femmes Mbororo résident dans cette localité,  qui ont activement pris part aux activités de cet atelier donc l’objectif était leur autonomisation, puisque la fabrication artisanale du yaourt est une activité génératrice de revenus dans les centres urbains et communautés rurales du Cameroun.

Ces femmes originaires pour la plupart de la Centrafrique où elles ont fuit les conflits armés se sont réfugiées au Cameroun où elles progressivement intégrées dans les activités courantes de vie communautaires grâce aux efforts du gouvernement camerounais, des partenaires au développement et de plusieurs organisations de la société civile.

L’Association Enfants, Jeunes et Avenir – ASSEJA est une ONG qui œuvre pour l’insertion sociale et économique des enfants et des jeunes en difficulté.

Au cours de sa rencontre statutaire du 11 août 2013, les membres de l’Association Femmes pour la Promotion du Leadership Moral – FEPLEM ont en plus des activités de routine évaluer la saison agricole en cours et pris des résolutions pour la dernière campagne de l’année.

La très faible organisation du groupe et le manque d’enthousiasme de certains membres ont fait que la première campagne ne soit pas réussie. Très peu de maïs, haricot et arachide récoltés par les membres individuellement. La résolution prise est qu’à partir de cette session un ou plusieurs champs communautaires seront créés, parmi lesquels un verger. Un membre a offert à l’association de travailler sur sa parcelle d’un hectare de terrain situé dans la banlieue de la ville de Bertoua.

Les aliments qui seront semés au cours des campagnes à venir sont le maïs, le haricot, l’arachide, le manioc, les courges et les ignames. Séance tenante Mme Aboutou Marthe Nadège a partagé avec les autres les semences d’une bonne variété de courge dont elle disposait. Les jeunes plants de piments qui sont en pépinière chez Mme Nguimatsa Rose Claudette seront distribués au cours de la prochaine rencontre.

Quelques membres se sont engagés à commencer les travaux pour la mise en valeur d’une parcelle  la semaine suivant cette réunion.

Ont également pris part à cette session Messieurs Tchuenkam Patrice et Ndongo Kitio Michel respectivement Président et Conseillers N°2 de l’Association des Hommes Engagés pour la Promotion du Genre et Egalité entre les Sexes, association qui œuvre pour une plus grande implication des hommes dans les efforts pour la promotion des droits humains des femmes.

Vue des participantes pendant l'atelier

Remplissage de la liste de présence

Présentation par Nguimatsa Rose Claudette

Participantes à l'atelier

Participante à l'action

Mots introductifs par un représentant d'ASSEJA

Mesure d'eau et d'ingrédients

Nguimatsa Rose aide une autre participante

Kossam prêt pour la dégustation

Participantes à l'action

Posté par feplem à 23:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 mars 2016

Projet d'élévage de poulets de chair

Le staff de FEPLEM a en partenariat avec les travailleurs sociaux, les relais communautaires face à la diminution constante des participants aux activités de sensibilisation et d’éducation des bénéficiaires du projet de prise en charge holistique des femmes et filles victimes et survivantes de VBG s’est concerté sur les stratégies à mettre en place pour susciter un regain d’enthousiasme dans les activités. S’appuyant sur la recommandation du représentant résident de ONU Femmes d’utiliser les activités génératrices de revenus comme porte d’entrée pour toute autre activité de sensibilisation et d'éducation. Le staff FEPLEM, les chefs Gbaya et musulman de Gado Badzere et quelques-uns  de leurs notables et un consultant en élevage de poulets initié des consultations pour que les réfugiés et populations autochtones initient des activités pilote d’élevage de poulets de chair dans les cages fournies il y a de cela plus d’un an par IRD et le MINPROFF.

 

Ces bénéficiaires de nos services se sont engagés à rembourser les fonds pour la fourniture par la coordination du projet de poulets de chair de 21 jours et de la provende. Un premier stock de 40 poulets de 21 jours et de 4 sacs de 50 kg de provende a été livré à quatre groupes constitués dans le site et dans le village (avec le chef Gbaya et son épouse comme membre) le 25 novembre 2015.

Le premier approvisionnement a suscité un grand enthousiasme dans le village et au site avec une multitude d’autres bénéficiaires qui ont sollicité se mettre en groupe de 5 à 10 personnes et de commencer une initiative similaire. 100 autres poulets 21 jours et de 6 sacs de 50 kg de provende leurs ont été fournis au cours du mois de décembre avant les fêtes de fin d’année.

Le matin du 13 janvier 2015, l’activité a été ouverte à la communauté de Guiwa Yangamo où le coordinateur accompagné du consultant ont livré 20 poulets 21 jours et de 1 sac de 50 kg de provende à un groupe de réfugiés qui était dans ce besoin depuis longtemps avec un espace bien aménagé. 40 autres poulets 21 jours et de 2 sacs de 50 kg de provende ont été livré ce matin à Gado où malheureusement nous n’avons pas pu répondre à tous les besoins.

Au total 200 poulets et 13 sacs de provende ont été fournis à 11 groupes (1 à Guiwa Yangamo, cinq à Gado villages et 5 dans le site) constitués majoritairement des victimes de VBG identifiés qui sont pour la circonstance accompagnés par des relais.

 

Cette activité suscite beaucoup d’enthousiasme au près des cibles de notre projet qu’ils soient réfugiés ou autochtones (indépendamment des communautés) avec une demande en nette augmentation que malheureusement nous ne pouvons pas trouver et livrer puisque que nous ne nous servons que de notre voiture (RAV 4) pour leur approvisionnement. Cette initiative sera progressivement étendue aux autres communautés du projet en même temps que ces bénéficiaires seront encouragés à proposer en consultation d’autres activités que nous accompagnerons dans leur exécution.

Tous les mercredis, l’équipe chargé de la supervision de ce projet échange au niveau du site avec les bénéficiaires en provenance du village et du site de Gado créant ainsi un cadre informel pour le renforcement de la cohésion sociale et pacifique puisqu’y prennent part aussi bien les réfugiés que les autochtones Gbaya et musulmans. Les échanges sont assez courtois et très animés car les participants à ce projet sont attentif et posent beaucoup de questions sur l’élevage de poulets et bien d’autres en rapport avec les activités génératrices de revenus.

 

DSCN1891

DSCN1896

DSCN2064

DSCN2081

DSCN2177

DSCN2425

IMG_4866

IMG_4869

IMG_4861

IMG_4862

IMG_3685

IMG_3692

IMG_3655

IMG_4880

IMG_3566

Posté par feplem à 12:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 novembre 2015

Atelier de formation des membres des pools C4D des sites de réfugiés

DSCN1426

DSCN1440

DSCN1434

DSCN1443

DSCN1446

Posté par feplem à 12:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]